APPEL AU PEUPLE Mon calendrier de l' "Avant" 28 novembre - votation 2ème loi Covid

A partir d'aujourd'hui, vendredi 15 octobre 2021, je publierai toutes les infos qui ont trait au Covid, à la vaccination, au pass sanitaire et aux différentes mesures sur le blog de cabinetequilibre.ch et ce jusqu'au 28 novembre 2021.


Professionnelle de la santé depuis une trentaine d'années, je suis scandalisée par ce qui se passe et, afin de m'engager, je posterai au moins une publication quotidienne sur les 2 réseaux sociaux sur lesquels je communique soit Facebook et LinkedIn et, de manière générale, je publierai à partir de mon site professionnel : cabinetequilibre.ch


Bien au fait des limites de la médecine conventionnelle - toute approche a ses limites - formée initialement dans le domaine des soins qui s'inscrit dans ce cadre-là - je me suis progressivement tournée vers les thérapies dites complémentaires, qui ont fait merveille sur moi-même, jusqu'à ce que j'apprenne à les utiliser pour les autres.


Je revendique la liberté de choix de traitement et la possibilité de se soigner, qui n'est plus garantie à l'heure où on dicte aux médecins les attitudes thérapeutiques possibles face au Covid, c'est-à-dire quasiment aucune en début d'infection.


Je crains que ce soit cette absence de prise en charge initiale qui soit la cause des cas graves et des Covid longs et, pour la première fois dans l'histoire, on nous interdit de soigner les gens avant que leur état ne devienne critique. C'est impensable.


Je ne pense pas, je sais, témoignages et expérience professionnelle à l'appui, que les autorités trafiquent tout ce qui est traficable en matière de terminologie et de chiffres (les "tests positifs", dont certains concernent le même patient, deviennent des "cas"), ce qui est ensuite médiatisé sans recul et sans esprit critique par nos médias mainstream. Les effets secondaires sont délibérément ignorés par une partie du corps médical, peut-être parce qu'on n'a pas rappelé à celui-ci que la pharmacovigilance implique de reporter les concordances temporelles entre l'administration d'un produit et un symptôme, sans avoir le droit d'établir soi-même la possibilité d'une relation de cause à effet et ceci n'est pas fait.


Ces jours prochains, je publierai tous les textes de loi, les directives, les rapports scientifiques accessibles au grand public qui, en aucun cas, ne devrait avoir à s'informer lui-même pour séparer le bon grain de l'ivraie, sans en avoir ni le temps ni les compétences - c'est à cette tâche-là que nos autorités sanitaires et politiques devraient notamment accomplir. Quant aux médias, ils se transforment hélas bien souvent en agence de communication des autorités, ce qu'ils ne sont pas - le vrai journalisme, c'est bien autre chose !


Soigner, c'est accompagner les personnes qui souffrent, sont atteintes dans leur santé ou risquent de l'être. Ce n'est pas dire au patient ce qu'il doit faire en n'écoutant pas ses plaintes et en décidant à sa place ce qui est important pour lui. Si chaque soignant de ce pays : médecin, infirmière, assistant en soins, se met à refuser de faire ce qui viole ces principes fondamentaux, la déontologie de sa profession et son éthique personnelle, rapporte plus haut, plus loin, ailleurs, ce qu'il constate d'inacceptable dans sa pratique quotidienne, alors le peuple suisse ne pourra que voter NON le 28 novembre 2021 à cette loi inique qui viole sa constitution et les droits humains fondamentaux des citoyens.



Inscrivez-vous à notre liste de diffusion

Ne manquez aucune actualité