Calendrier de l'Avant - 1er novembre, une pensée pour nos morts


Qu’on ait perdu un proche du Covid ou d’autre chose, depuis mars 2020, nous n’avons plus pu faire d’enterrement comme à la coutume.


Pour peu que votre famille élargie soit grande, une partie d’entre elle manquait à l’appel.


Heureusement, chez nous, en général, les personnes décédées ont tout de même pu être enterrées ou incinérées dignement.


Qu’on croie en une vie après la mort ou non n’y change rien, on a besoin de rites pour marquer le passage et, aussi, pour se retrouver.


Les enterrements se faisant encore, à l’heure actuelle, en comité réduit, il est possible qu’on n’ait pas pu être présent parce qu’on n’est pas de la famille. Or, les liens du sang ne sont pas forcément les plus forts ou les plus beaux.


Le 1er novembre en terre catholique est un moment privilégié pour aller « rendre les honneurs », comme on dit, à ceux qu’on a pas pu accompagner jusqu’à leur dernière demeure.


Le cimetière nous attend, et je sais déjà qu’il sera fleuri et illuminé de bougies, témoins de l’amour des vivants pour leurs disparus.

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion

Ne manquez aucune actualité