Calendrier de l'Avant - 23.10.21 - stop à la haine et à la division !

Le petit texte ci-dessous est un exemple de textes qu'on a vu, encore et encore, sur les réseaux sociaux, et qui font dans la critique acerbe du fait qu'autrui puisse avoir une autre opinion, dans le jugement moral, dans la manipulation mentale, enfin dans tout ce qui est malsain et divise les gens.


Ce matin, à la faveur d'un post publié par une connaissance sur Facebook, il est réapparu sur Facebook. Le voici dans toute sa splendeur :


La meilleure des générations est en train de mourir.

Celles et ceux qui sans faire de longues études, ont tout donné pour leurs enfants.

Celles et ceux qui sans de grandes ressources les ont aidés et ont traversé des crises financières.

Ils sont en train de mourir.

Ils ont connu des temps de guerre, des restrictions, se contenter de peu.

Ils ont eu des peines et des souffrances mais ne le disaient pas.

Parfois, ils ont travaillé comme des bêtes.

On disait d'eux qu'ils étaient plus vulnérables que quiconque. Comme ce fut pour leur vie, en silence ils meurent.

Ils n'ont jamais osé penser à soulever le pays et pourtant !

Ils recherchaient des bonheurs simples comme partager un peu de la vie de leurs petits-enfants.

Ils s'en vont sans déranger, ils seront toujours celles et ceux qui dérangent le moins, ils partent sans adieu.

Alors pour celles et ceux qui se plaignent tout le temps d’être confiné(e)s à la maison, parce que leurs salons de coiffure, d’onglerie ou bien même leurs salles de sports restent fermées... qu'ils ne peuvent pas faire la fête, partir en vacances et réclament toujours plus d'argent à l'Etat.....

Par RESPECT pour cette génération qui nous quitte sans bruit.. mais avec dignité, vous les grandes gueules qui crachez sur les vieux, sur celles et ceux qui ont tout donné pour reconstruire le monde après un conflit mondial de 6 ans, vous qui PASSEZ VOTRE TEMPS À REFAIRE L'HISTOIRE, VOUS QUI NE VOYEZ QUE PAR LA NÉGATION ET LE JEUNISME, apprenez le RESPECT mais aussi à FERMER VOTRE GUEULE...


En le lisant pour la énième fois, alors qu'il était apparu sur mon fil d'actualité sans que je n'aie rien demandé à personne, je me suis dit que, peut-être, "ils" auraient dû penser à soulever le pays. On ne serait pas dans la merde actuelle, si quelqu'un s'était rebellé contre la stupidité, le pouvoir du fric, le socialisme bienpensant, la religion déresponsabilisante et le capitalisme sauvage.


Alors j'ai commenté comme suit, sous cette publication relayée par une agricultrice, parce que, avec les tests obligatoires pour les accouchées dans les maternités, avec cet ado qui n'a pas pu être accompagné aux urgences alors qu'il était accidenté, avec la énième modification de ce qui peut aboutir à l'obtention du pass dit sanitaire, qui montre clairement, entre autres, que de sanitaire il n'a que le nom, c'en est devenu vraiment trop ces derniers jours. J'ai décidé, moi aussi, de ne plus être polie. J'ai décidé de renvoyer à mes divers interlocuteurs, par réseaux interposés, l'image exacte de ce qu'ils balancent, à longueur de jours, sans filtre, et j'ai écrit ceci :


"Tu te trompes, cette génération-là qui, pour une grande partie, ne pouvait continuer à vivre que par la prise quotidienne de beaucoup de médicaments, est morte l'an passé.

Une partie du Covid, une partie des traitements du Covid, parce qu'on a par exemple tué des personnes en grand âge en les mettant sous respirateur artificiel, ce qui a fini de détruire leurs voies respiratoires, en surinflammation à cause du Covid (mais on a fait ce qu'on a pu, alors qu'on ne connaissait encore quasiment rien de ce virus et de ses effets) et une partie s'est laissé glisser dans la démence ou dans la mort par perte du goût de vivre, volontairement isolée.

Les dernières pages du Nouvelliste, de plus en plus nombreuses, étaient emplies de ces morts-là, dont plusieurs membres de ma famille. Principalement ceux nés dans les années 30, puis ceux nés dans les années 40. Ce post, que tu relaies, n'est qu'un post de merde de plus dont le résultat est de diviser encore plus les gens, au cas où ce serait possible de le faire. De la part des coiffeurs, des stylistes ongulaires, des entraîneurs de salles de sport, qui, eux, n'ont jamais été subventionnés par l'état pour exercer leur profession, de la part de mon mari, restaurateur, je te présente nos plates excuses et on s'excuse aussi de ne pas vivre dans un pays en voie de développement où tous ces jobs n'existent pas. A force de semer la haine en recourant au jugement moral et à la critique, il est possible qu'un jour, on s'en prenne le retour en pleine figure."



Inscrivez-vous à notre liste de diffusion

Ne manquez aucune actualité