Calendrier de l'Avant - 17 octobre 2021 - traitements Covid fin

La photo ci-dessous est celle de kits distribués dans certains états indiens comme prévention ou premier traitement contre le Covid. Si ces distributions de kits semblent continuer, le gouvernement indien s'est distancé officiellement de cette pratique.



Nous avons vu hier qu’il existe réellement des traitements autres que le paracétamol, qu’on peut donner en première intention, mais dont la prescription a été interdite par les autorités médicales. Les médecins qui veulent soigner dès les premiers jours le font donc de manière anonyme. Comme le fait d’affirmer publiquement qu’ils prescrivent des traitements devenus interdits (on croit rêver et se trouver dans un mauvais film !) leur amène tout un tas d’ennuis, risquant de déboucher sur une interdiction d’exercer (c’est vrai, quand même, pourquoi un médecin oserait-il se faire son propre avis et, se basant sur son expérience, décider de prescrire telle ou telle substance sans demander l’aval de quiconque… ), il est difficile de savoir à qui s’adresser le cas échéant.


Il y a eu tellement d’études et de contre-études que se risquer à tenter de savoir qui a raison et qui a tort est hasardeux. Nous sommes simplement informés que dans certains pays on recourt à la colchicine, qui a un effet anti-inflammatoire et qui freine la réplication du virus. Que dans d’autres on utilise des extraits d’artémise.


Dans tous les cas, pour tous ces médicaments, il faut impérativement recourir à un avis médical, pour autant que vous trouviez un médecin d’accord d’outrepasser les recommandations officielles, et il n’est pas question de tenter de s’automédiquer en tentant de se procurer ces molécules, encore moins sur internet. Vous risqueriez bien de ne plus jamais avoir à vous soigner de rien…


A un stade plus avancé, si vous commencez à avoir des problèmes respiratoires sérieux et qu’une infection a débuté dans vos poumons, plusieurs antibiotiques peuvent être donnés par votre médecin. En considérant tout ceci, je réitère mon affirmation selon laquelle dire qu’il n’existe aucun traitement est faux et que si cette affirmation perdure, c’est probablement pour qu’on continue d’abord à recourir à la vaccination.


Plusieurs traitements par administration d’anticorps ont été développés et, au vu de leur coût et également de leur mode d’action, ils sont destinés et réservés aux patients immunosupprimés. Ceux dont les défenses immunitaires sont basses, par exemple lors ou après des traitements anticancéreux. Ceux qui prennent des immunosuppresseurs en raison de maladies auto-immunes ou suite à une greffe. Ces traitements sont toujours en phase d’essai, je pense.


De manière autonome, vous pouvez vous rendre vous-même dans une pharmacie ou une droguerie pour vous procurer du zinc ou/et du sélénium (pour ceux que ça ferait sourire, une étude récente a établi que les personnes touchées par le Covid, et qui se péjoraient, manquaient de ces deux oligo-éléments), éventuellement aussi de la vitamine C. Toutes les huiles essentielles sont antibiotiques et virucides. Le tout est de savoir à quelle dose et quelle huile essentielle agit préférentiellement sur quel organe ou système. Plusieurs droguistes ont développé et produit des recettes de mélanges d’huiles essentielles ou de spagyrie, dont le but est soit de prévenir soit d’accélérer la guérison en cas d’attaque virale. Il est regrettable que personne n’investisse dans de réelles recherches quant à l’usage de ces huiles essentielles et leurs effets autres qu’en laboratoire, pour des raisons de désintérêt par le corps médical et de coûts. Les huiles essentielles ont de réelles propriétés guérisseuses et également une réelle toxicité si prises à trop hautes doses, à mauvais escient ou lorsqu’il existe des contre-indications. Là aussi, si vous désirez renforcer vos défenses immunitaires, adressez-vous à un spécialiste : naturopathe, droguiste ou pharmacien et, à moins d’être formé ou sérieusement informé dans le domaine, ne vous auto-médiquez pas.

Pour terminer, il est utile de préciser que le fait que le stress altère notre immunité n’est pas une légende urbaine : trop de travail, l’inquiétude, une incertitude prolongée, la peur nous rendent plus fragile. On peut donc dire sans hésiter que, à ce sujet, les médias ne nous ont pas aidés lors de cette pandémie : diffusant moult fois par jour des chiffres qui augmentent notre inquiétude alors que, on le verra plus tard, ils sont souvent biaisés.


Savoir que la grande majorité des personnes qui ont le Covid ont des symptômes modérés et pas de séquelles permet de remettre les choses en perspective. Notre vie continue et elle n’est pas déterminée par le fait qu’«on l’a eu » ou qu’«on ne l’a pas – encore - eu » ni qu’on est vacciné ou non.


La plupart d’entre nous ont congé le dimanche. Je vous souhaite donc une belle fin de soirée et de savourer le weekend jusqu’à la toute dernière minute !

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion

Ne manquez aucune actualité